SIDA : protégez-vous, dépistez-vous. – Région Hauts-de-France

Si par rapport à la moyenne nationale, la région Hauts-de-France est mieux placée et recense moins de personnes atteintes du VIH/Sida, le taux de dépistage en est nettement inférieur, notamment chez les jeunes (- 25 ans) qui représentent pourtant 17 % des nouveaux cas diagnostiqués en Hauts-de-France (contre 14 % au niveau national) d’après le Bulletin Santé Publique France de juin 2021.

Ces statistiques sont inquiétantes, d’autant plus que 24 % des diagnostics réalisés annoncent un stade avancé de l’infection au VIH, qui se déclare inégalement sur le territoire (ex : 32% dans le Pas-de-Calais ; 42% dans l’Aisne).

Concrètement, le Sida, c’est quoi ?

« Aujourd’hui dans le monde, près de 37 millions de personnes sont infectées par le VIH« , « En France, environ 6 000 nouvelles contaminations sont recensées chaque année » d’après l’Institut Pasteur.

Vous l’aurez compris, le VIH/SIDA est un véritable fléau qui plane au-dessus de nos têtes. Et il n’est pas à prendre à la légère ! Le Sida est « l’une des causes principales de décès dans le monde pour les adolescents et les femmes en âge de procréer« , toujours d’après l’Institut Pasteur.

Mais avant de rentrer dans le cœur du sujet, une distinction est à faire : le VIH est un virus, le SIDA est une maladie.

Le VIH, ou Virus de l’Immunodéficience Humaine, est un virus qui attaque petit à petit les cellules de notre organisme responsables de notre défense immunitaire ;
Le SIDA, ou Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise, correspond au dernier stade de l’infection. Il arrive lorsqu’une personne ayant le VIH n’a plus suffisamment de défense immunitaire, et que des maladies, dites « opportunistes », viennent la toucher. Sans, ou avec très peu de défense, l’organisme n’est alors plus capable de se protéger à lui seul, ce qui peut s’avérer particulièrement dangereux et causer le décès des personnes touchées.

Ne prenez pas de risque, protégez-vous.

Quels symptômes ?

Le VIH est un virus qui met du temps à être détecté. En effet, une personne infectée (dite séropositive) peut mettre plusieurs années avant de voir apparaître les premiers symptômes de son infection. Elle sera pourtant contagieuse. Dans le cas où le virus ne serait pas traité, il faudra compter environ 7 ans pour que toutes les cellules immunitaires (ou presque) soient détruites, et que la phase du SIDA débute.

Selon le stade d’avancée de votre infection, les symptômes ne seront alors pas les mêmes :

Premières semaines d’infection : asymptomatique (sans symptôme) ou primo-infection (état grippal : fièvre, douleurs musculaires, maux de tête, diarrhée etc.) ;
Fin de la primo-infection : asymptomatique durant plusieurs années (2-5 ans environ), puis apparitions de symptômes progressifs (fièvre, diarrhée, infections de la peau, perte de poids etc.) ;
Après 7 ans : absence de défenses immunitaires suffisantes et arrivée des maladies opportunistes, vous êtes atteint du SIDA.

Comment s’en prémunir ?

Le VIH se transmet de trois façons :

par voie sexuelle, lors de contacts avec les fluides de son partenaire (sperme/liquide séminal pour l’homme, sécrétions vaginales pour la femme) lors d’un rapport sexuel (vaginal, anal ou buccal) non protégé ;
par voie sanguine, lors d’un contact de sang entre une personne non infectée et une personne séropositive (contact direct, seringue, transfusion sanguine, don d’organes…) ;
lors de la grossesse, l’accouchement et l’allaitement, si la mère est séropositive.

Pour vous en prémunir, il faut vous protéger ! L’utilisation d’un préservatif est indispensable lors de tout rapport sexuel, si vous ne connaissez pas l’état de santé sexuelle de votre/vos partenaire(s) (IST, MST, SIDA…).

Pour rappel : les autres moyens de contraception (pilule, patch, stérilet…) ne protègent pas des IST et des MST, mais uniquement des grossesses non désirées. L’utilisation d’un préservatif (interne ou externe, jamais les deux en même temps) est le seul moyen pour vous protéger.

J’ai pris un risque, que faire ?

La première chose à faire, si vous avez pris un risque (rapport sexuel non protégé, contact sanguin…) ou que vous contractez des symptômes, est d’aller vous faire dépister ! Plus le VIH sera dépisté rapidement, plus votre traitement sera efficace et pourra vous protéger.

Pour vous faire dépister, vous pouvez :

vous rendre dans un laboratoire d’analyse médicale ;
vous rendre dans un centre CeGIDD (dépistage anonyme et gratuit) ;
acheter un autotest en pharmacie.

Attention toutefois : pour que les résultats de votre test soient fiables, il faudra attendre 6 semaines après la prise de risque pour vous faire dépister dans le cadre d’un test classique (ELISA) ou 3 mois pour le test TROD VIH et l’autotest.

Si aujourd’hui, il n’est toujours pas possible de guérir du VIH/Sida, des traitements existent et permettent aux personnes séropositives de ne pas contaminer leur(s) partenaire(s) et de rester en bonne santé. Toutefois, il est primordial de continuer à informer et à sensibiliser les habitants, et notamment les jeunes, aux risques des rapports sexuels non-protégés, afin de s’en prémunir, tout en luttant contre la sérophobie (discrimination des personnes séropositives).

C’est ici que la Région Hauts-de-France intervient.

Une Région solidaire

Selon Anne Pinon, Vice-Présidente en charge de la santé et des formations sanitaires et sociales : « C’est tous les jours qu’il faut pouvoir expliquer les gestes de prévention. La Région a à cœur de sensibiliser un maximum de jeunes et de prévenir les comportements à risques« .

Afin de sensibiliser la jeunesse (lycéens, étudiants et apprentis) et de les inciter à se protéger lors de leurs rapports sexuels et à se faire dépister, la Région Hauts-de-France a mis en place un plan de prévention, qui comprend :

la fourniture de dotation (financement de distributeurs automatiques de préservatifs, préservatifs internes et externes, mallettes d’animation sur la santé sexuelle, autotests VIH, etc.) ;
le soutien à des actions de sensibilisation et d’éducation à la santé sexuelle (Après-midi du Zapping…).

L’objectif est d’une part d’informer et d’éduquer les jeunes sur leur santé sexuelle, mais aussi d’accompagner le personnel infirmier scolaire dans cette démarche.

Le plan Sida « Vers une région sans nouvelles contaminations par le VIH/SIDA et les IST »

En s’appuyant sur les besoins identifiés par ses partenaires (Éducation nationale, SUMPPS, DRAAF, CFA…), la Région a lancé, il y a deux ans, son plan Sida « Vers une région sans nouvelles contaminations par le VIH/SIDA et les IST » et ainsi, fourni des dotations à l’ensemble des lycées publics de la région, des lycées agricoles, de 73 CFA volontaires ainsi que des sept Services Universitaires de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS) de la région.

Les dotations

Au total, sur les campagnes 2021-2022 et 2022-2023, auront été transmis :

361 280 préservatifs externes et internes (aux lycées publics des Académies d’Amiens et de Lille et un CFA) ;
323 distributeurs automatiques de préservatifs (aux lycées publics des Académies d’Amiens et de Lille, un CFA et aux lycées agricoles) ;
290 mallettes* d’animation sur la santé sexuelle, accompagnées de 24 webinaires de 2 heures (aux lycées publics des Académies d’Amiens et de Lille, trois CFA, aux lycées agricoles et aux SUMPPS) ;
2 200 autotests VIH (pour les étudiants des SUMPPS).

*Au sein d’une mallette se trouve : un autotest, des préservatifs internes et externes, du gel intime, des outils interactifs (jeux de cartes, outils de démonstration en 3D, etc.), une fiche ressources et des affiches, entre autres.

Le soutien régional aux actions de sensibilisation

Mais la Région ne se contente pas seulement de réaliser des dotations, elle soutient également de nombreuses actions d’information, de sensibilisation et d’éducation à la santé sexuelle. Nombre d’entre-elles sont organisées par l’Association Solidarité Sida, à l’attention des lycéens et des apprentis, comme « Les Après-midi du Zapping« , qui ont réunies plus de 3 800 lycéens et apprentis l’année scolaire dernière (2022-2023), soit 200 à 300 jeunes par après-midi.

Les après-midi du zapping

Ce mardi 28 novembre à 14 h, une nouvelle Après-midi du Zapping (AMZ) a eu lieu à Doullens.

Organisées par l’Association Solidarité Sida et soutenues par la Région Hauts-de-France à hauteur de 60 000 € dans le cadre du Plan Sida, ces rendez-vous ont pour but de sensibiliser à la lutte contre la transmission des IST, ainsi qu’à une vie sexuelle et affective sans risque tout en effectuant une remise à niveau des connaissances sur la santé sexuelle des jeunes en Hauts-de-France.

Au programme : 

Lors de ces après-midi, pendant 3 h, les lycéens et apprentis de la région peuvent interagir avec différents intervenants. Au programme : diffusion de vidéos de zapping et jeux permettront aux jeunes de s’exprimer sur les sujets du VIH/SIDA, des IST, de la contraception, du rapport à son corps et son anatomie, du bien-être, du respect et du consentement, mais aussi de la cyber sexualité, de la lutte contre les discriminations, les violences et le harcèlement (entre autres).

Au total, 15 sessions seront organisées lors de l’année scolaire 2023-2024 dans différentes communes, et réuniront des acteurs locaux qui pourront informer le public.

Cet article SIDA : protégez-vous, dépistez-vous. est apparu en premier sur Région Hauts-de-France.

​Catégorie : Actualités, éducation, enseignement supérieur, jeunesse, lycées, santé

La Mairie - cadre de vie - Charmes-aisne.fr - Commune Charmes Aisne

Les prochains événements

Retrouvez tous les évènements sur la page Agenda

Partagez cet article